La MG B au Mans

 2007
par  Sébastien Canevet
popularité : 5%

La MG B est une voiture très versatile, puisqu’elle a courru aux 24 heures du Mans dans une version très proche de la version standard.

(en cours de rédaction...)

J’avoue ne pas avoir beaucoup d’intérêt pour les voitures de sport actuelles, mais cette époque à laquelle les voitures qui courraient au Mans y arrivaient souvent encore par la route, et repartaient de même (si possible ;-), me fascine.

Les petites MG ont souvent été présentes sur la ligne de départ. Evoquons un peu la carrière mancelle de la "B".
Le Mans 1963
Hopkirk-Hutcheson - 12em au classement général - 1ere de sa catégorie

(moyenne sur 24 heures : 148 km/h)

La marque avait cessé d’engager officiellement des voitures après la catastrophe de 1955. Seules des écuries privées avaient alors maintenu le flambeau.

C’est sans doute pourquoi la première participaion d’une MGB aux 24 heures du Mans fut le fait d’une initiative "privée" (en fait, la marque avait préparé la voiture mais ne voulait pas apparaitre officielement, au cas ou les choses se passeraient mal).

Il parait que l’assistance était plus que symbolique. Hopkirk aimait raconter qu’il vérifiait lui-même le serrage des papillons de roues, et même qu’il gonflait ses pneus avec un gonfleur à pied.

Devant le résulat obtenu, la firme décida d’engager officielement une voiture aux deux éditions suivantes.
Le Mans 1964
Hopkirk-Hedges - 19em au classement général - 2em de sa catégorie

(moyenne sur 24 heures : 160.8 km/h, soit 99.9 mile par heure, ce qui fit beaucoup de publicité à la marque en Grande Bretagne)

Le Mans 1965
Hopkirk-Hedges - 11em au classement général - 2 eme de sa catégorie

(moyenne sur 24 heures : 158.4 km/h)

Cette voiture existe toujours. Elle a été restaurée voici quelques années et elle participe régulièrement à des courses historiques.
Différences entre les MG B "Le Mans" et les MGB de série

Les modifications apportées aux voitures engagéées au Mans sont minimes (elles sont à la portée d’un amateur éclairé).

Préparation mécanique

  • Le moteur (il s’agissait du trois paliers) était réalésé à 1.801 cm3 au lieu de 1798) avec un vilbrequin spécial et un unique carburateur Weber (le fameux 45DCOE).
  • L’embrayage recevait un disque spécial compétition
  • La boite de vitesses était dotée d’une quatrième "longue" pour permettre d’atteindre une vitesse de 130 MPH (environ 210 km/s) dans la ligne droite des Hunaudières.
  • Les freins recevaient des garnitures spéciales
  • Le réservoir d’essence était placé dans le coffre avec un orifice de remplissage "rapide" traversant le coffre arrière.

Préparation carosserie

  • Modification la plus notable, la carrosserie était dotée d’un "nez" plus aérodynamique.
  • Les pare-chocs ont disparu, au profit d’appendices plus aérodynamiques

On le voit, les voitures engagées étaient remarquablement proches des voitures de série. Les résultats obtenus sont d’autant plus étonnants, quand on sait que beaucoup des voitures concurrentes étaient des voitures conçues spécialement pour courir au Mans et que leur budget de réalisation était sans commune mesure avec les petites MG.


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)