Les Highlands Games de Stirling

Une tradition toujours actuelle...
 juillet 2008
par  Sébastien Canevet
popularité : 24%

L’une des traditions écossaises les plus connues est l’oganisation de "jeux de force" (heavy games). Ceux de Stirling ne sont pas les plus connus ni les plus représentatifs, mais ce sont les seuls qui avaient lieu (dimanche 13 juillet 2008) lors de notre séjour.

 L’origine des Highlands Games

L’origine la plus probable des Highlands Games était le besoin de pour les chefs de clans de canaliser la querullance de leurs clans, qui, lorsqu’ils ne combattaient pas les anglais, battaient souvent entre eux.

Ces jeux remontent à la période médiévale (probablement au moins au XIem siècle) et ont connu une renaissance après l’aborgation de l’acte de Proscription.

L’acte de Proscription


En 1746, après la défaite de Cullodeen, le vainqueur anglais interdit le port du kilt et la cornemuse, sous peine de prison ou de déportation. Cette décision était motivée par la volonté de marquer son pouvoir et de détruire le système clanique. Ce n’est qu’en 1782 que cette interdiction est levée ?

C’est au Bannockburn Heritage Centre que sont organisés les jeux de Stirling. Il débutent par une fanfare de cornemuses qui accompagnent le "Chieftain", une personnalité locale désignée chaque année comme "parrain" des jeux. Cette années, il s’agissait de l’ancien "chief Constable" (commissaire de police) de Stirling qui vient de prendre sa retraite.

S’ensuivent un certain nombres d’épreuves de danses, de concours de cornemuses, de "heavy games" (jeux de force) et autres divertissement plus ou moins traditionnels (et plus ou moins sérieux. Là, je pense au concours de plus gros mangeur de Haggis ;-), le tout accompagné du son envoutant des corenmuses.

 Tug of war

Le Tug of War consiste pour deux équipes de joueurs à tirer une corde le plus fort possible. L’emporte l’équipe qui réussi à tirer l’autre au delà d’une certaine limite materialisée par des marques sur la corde. Il y a trois manches.

Il parait que la règle complète du Tug of War, est en fait très compliquée et tient dans un petit livre, qui réglement précisément la taille de la corde, la place des joueurs, celle des marques rouges, blanches et bleus sur la corde, etc...

 Highland Dancing

Un concours plus gracieux est le concours de dance. Plus de deux cents danceurs et danseuses (surtout des danceuses, en fait) se succèdent devant un jury, qui décerne ensuite les titres.

Il y a plusieurs catégories, des enfants aux adultes. Chacun doit exécuter plusieurs danses aux pas souvent compliqués, comme la Fling, le Seann Triughas, la Jig, la Sword, etc...

Ils sont accompagnés par un joueur de cornemuse qui interprète les différents airs prévus. Il fauit reconnaiter qu’il a parfois bien du mérite pour suivre les premiers pas hésitants des "bairns" (les jeunes enfants en écossais) de quatre ou cinq ans :-).

 Shot put

Le shot put consiste à lancer une lourde pierre (aujourd’hui remplacée par un poids standardisé) le plus loin possible. Il y a deux poids différents : 16 et 22 livres (soit 7 kilos 250 et 10 kilos).

 Throwing the weight

Il s’agit de lancer un poids attaché à une poignée par une chaine. Il pèse 28 livres (soit 12.7 kilos). Pour le lancer, le joueur doit effectuer trois tours sur le lui même pour prendre de l’élan.

Je peux vous assurer que quand le poids retombe sur le sol, même à 50 ou 100 mètres de vous, la terre tremble sous vos pieds.

 Tossing the caber

Le lancer de tronc d’arbre est sans doute le plus célèbre des jeux des Highlands. Caber (prononcer "cabourre") est un mot écossais venant du gaëlique "cabar" qui signifie "tige".

Le tronc en question mesure 17 pieds (plus de cinq mètres) et pèse 150 livres (près de 70 kilos).

Il s’agit de lancer le tronc d’arbre et de lui faire faire un tour complet sur lui même avant qu’il ne retombe, si possible dans l’axe du joueur. Très spectaculaire et impressionnant...

 Et encore...

En plus des jeux et des divers concours, nous avons également pu assister à une démonstration de judo, à un concours de saut de précision en parachute, etc...

Un vaste "village" d’exposants et d’attractions diverses complétait la journée. Nous avons cependant choisi (à regret) de partir avant la fin de jeux et la cérémonie de cloture, car nous voulions arriver à Inverness (350 kilomètres au nord de Stirling) dans la soirée...

 Ailleurs sur le web

 Que voir à proximité

  • Le chateau de Doune, un bel édifice médiéval également lieu de tournage du film "Holy graal" des Monty Pythons...

Attention, nous nous sommes laissés dire que certains Highlands Games dans de petites villes étaient surtout des compétions d’athlétisme ou des courses de vélos. Se renseigner avant pour éviter toute déception...


Commentaires

Logo de Sébastien Canevet
lundi 5 janvier 2009 à 00h08 - par  Sébastien Canevet

Donnez moi votre adresse email et je vous enverrai d’autres photos.

Vous pouvez les utiliser librement et même les redistribuer autour de vous, j’aime bien communiquer ma passion pour l’écosse et ses habitants :-)

Logo de Sébastien Canevet
dimanche 4 janvier 2009 à 21h09 - par  Sébastien Canevet

Bonjour,

Je suis heureux de voir que vos photos sont revenues :-)

Avez-vous ces photos en grand format, et en avez-vous d’autres sur les jeux écossais ? Ce serait pour mettre sur mon site web personnel...

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)