Le traitement anti-rouille...

Le BCG de la MGB :-)
 2008
par  Sébastien Canevet
popularité : 3%

La MGB est une voiture simple, solide et fiable. Son principal point faible est la corrosion. Elle n’est ni plus ni moins sensible à la rouille que les autres voitures de son époque, mais un "vaccin", traitement régulier contre la corrosion est un gage de longue vie de votre belle, sans compter que là où la mécanique coute 1, la carrosserie coûte 10...

ANECDOTE
Un propriétaire de De Dion-Bouton m’a raconté que lors de son service militaire, juste avant la seconde guerre mondiale, la protection anti-corrosion des véhicules militaires était rapide : "un bon coup de gazoil sous le chassis et on roulait ensuite dans la poussière. On était tranquille pour un an !".

Assurément efficace et adapté à un camion de l’armée, mais insuffisant pour une voiture de collection :-)

 Les produits

Divers produits antirouilles existent sur le marché. Ils se répartissent en deux catégories, les cires pour corps creux et les peintures antirouilles.

Les cires pour corps creux sont destinées à protéger les entrailles de la voiture en les injectant dans les diverses structures internes inaccessibles à l’aide d’une brosse métallique et d’un pinceau.

On m’a dit beaucoup de bien des cires Rustol, qui parait-il pénètrent extrêmement bien les corps creux afin de les protéger, mais pour ma part, j’utilise le waxoyl depuis des années...

Ce produit est disponible en plusieurs versions et en plusieurs contenants. Il s’agit ici du "starter kit" qui permet d’injecter le produit dans les endroits impossibles d’accès.

Il est fourni avec une petite pompe, qui permet de mettre le bidon en pression, et d’un pistolet, qui permet l’injection.

Et voici le système monté et prêt à être utilisé.

Les peintures antirouilles conviennent plutôt pour traiter les parties accessibles, (l’intérieur des ailes, etc...)

Pour ma part, j’utilise les deux produits à la fois, la cire pour corps creux pour protéger les dits "rails" et la peinture antirouille pour le reste. En effet, la cire pour corps creux me semble parfaitement convenir pour traiter les surfaces internes inaccessibles. En revanche, je n’aime pas trop son équivalent pour les dessous de la voiture : l’anti-gravillon au goudron. Ce dernier présent à mes yeux le redoutable défaut (en plus d’être utilisé par les "maquignons" pour dissimuler certaines misères) de se décoller par poches de la tôle, lui permettant ainsi de rouiller à l’abri des regards inquisiteurs de son propriétaire. Je lui préfère donc la peinture antirouille, style "hammerite".

Avant toutes choses, il convient de nettoyer les dessous de la belle, à grand coup d’eau sous pression, suivi d’un séchage. Le mieux est ensuite de laisser la voiture en plein soleil. Laissez aussi le bidon de cire au soleil, un jour d’été bien chaud, l’application n’en sera que plus facile. Vous pouvez aussi réchauffer la cire en mettant le bidon dans un seau d’eau bouillante.

 Où traiter

Les "pièges à rouille" de la MGB sont bien connus. Ils sont souvent accessibles, et quand ils ne le sont pas, il est aisé de percer des orifices de traitement qui ne compromettent en rien ni l’esthétique ni la solidité de la voiture.

Voici une "carte rouillère" de la MGB, avec les endroits à traiter, les orifices existant déjà pour injecter la cire, et ceux à percer (oui, je sais, ça fait bizarre de percer de trous dans sa voiture pour éviter qu’elle ne se perce à cause de la rouille, mais c’est comme ça :-)

Les photos ci dessous sont celles de ma voiture. Elle n’est pas rouillée du tout (les traces que vous voyez sont celles de saloperies, car je ne l’ai pas lavée avant de commencer le traitement, naturellement :-)

Les ailes avants

Autour des phares, notamment en dessus et en dessous ; n’hésitez pas à enlever les cerclages chromés, ainsi que les phares eux mêmes, le "bol" pouvant rouiller lui aussi.

N’oubliez pas l’intérieur du passage de roue. Pour ma part, je préfère le repeindre régulièrement que le traiter à la cire, les intempéries et les graviers n’en ayant pas pour longtemps à "décaper" la cire. En revanche, la cire convient parfaitement pour injecter à l’intérieur de l’aile avant.

  • Les bas de caisse (extérieurs et intérieurs, ils contiennent les "rails" qui sont essentiels à la rigidité de la voiture).

Il ne faut pas hésiter à mettre de la cire partout à l’intérieur de ces bas de caisse. Il convient de passer l’injecteur par les trous d’évacuation inférieurs, et en démontant les "cartes" recouvertes de simili qui ferment la carrosserie à l’intérieur de la voiture, à l’arrière des portières.

Les ailes arrières

L’arrière de l’aile arrière est facilement accessible par le coffre, en revanche, l’avant de l’aile arrière (ci dessous) est plus difficile d’accès.

Il faut démonter les "cartes" revêtues de simili situées à l’intérieur, derrière les sièges.

Il suffit pour ça de démonter les arceaux de capote (sauf sur les premières MGB, évidemment) ainsi que les ancrages. Et quelques vis plus tard, l’intérieur de l’aile est accessible aussi pour injecter la cire

Les portières et les autres ouvrants...

Il faut démonter régulièrement tous les joints des divers ouvrants. Ils ont le fâcheux inconvénient de conserver l’humidité et à la longue de favoriser la corrosion. Une inspection régulière permet d’éviter ça.

Il en va de même des seuils de portières, qui ne sont maintenus que par quelques vis. Un démontage régulier, tous les quelques années, suffit à éviter les problèmes.

Les "rails" internes dans les bas de caisses

Comme je le disais plus haut, ces "rails" sont essentiels à la rigidité de la MGB. Autant une aile percée se répare ou se change sans (trop de) difficulté, autant un "rail" corrodé nécessite une intervention majeure, avec passage au marbre, si tant est que la réparation soit économiquement viable, d’où l’intérêt de les soigner plus particulièrement.

 Quand traiter ?

Le plus simple est encore de traiter la voiture par un bel après midi d’été, au soleil. Laisser la voiture et le bidon de waxoyl chauffer au soleil, plus il sera chaud et liquide, plus l’application sera facile et efficace.

A la suite des recommandations d’un professionnel de la carrosserie, j’ai commencé par traiter la voiture deux années de suite, puis maintenant tous les quatre ou cinq ans...

La raison principale est qu’un traitement irrégulier, laissant quelques endroits non traités, est pire qu’une absence de traitement : l’humidité se concentre sur les parties métalliques restées apparentes, et la corrosion est bien plus rapide.

De plus, la cire fond lentement quand la voiture reste en plein soleil pendant l’été, dégarnissant progressivement les tôles intérieures, ce qui justifie un "rappel de vaccin", tous les cinq ans environ.


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)