Changer la capote de la MGB

Sortez couvert :-)
samedi 11 octobre 2008
par  Sébastien Canevet
popularité : 3%

La capote de la MGB, (en plus de ses qualités bien connues en matière d’étanchéité ;-) n’a qu’une durée de vie limitée. Heureusement, la changer est l’affaire de quelques heures et ne représente qu’un investissement limité.

(Cet article n’est pas fini, mais peut déjà rendre service en l’état :-)

 Trois modèles de capote ?

En raison de la durée de vie exceptionnelle de la MGB (18 ans, de 1962 à 1980), elle a fatalement connu des évolutions dans pas mal de domaines, même si la conception de base reste la même.

La capote fait partie de ces changements.

Il y a eu successivement trois modèles de capotes différents :

  • Le "pack away", qu’il faut carrément retirer de la voiture avant le mettre dans le coffre. Il était monté en standard sur les MGB produites dans les années 60.

  • Le modèle avec les arceaux gris, qui était proposé en option à la place du "pack away". Celui ci reste en place sur la voiture. Il est un petit peu moins mal fichu que le précédent.

Attention, si il était gris à l’origine, il peut fort bien avoir été repeint en noir ensuite, sa couleur n’est donc en aucun cas un critère suffisant d’identification.

  • Le modèle "Michelotti" (avec les arceaux noir), qui est venu remplacer les deux autres à partir de 1970. C’est le plus courant et le moins mal pratique des trois. Il existe en deux variantes, avec et sans lunette arrière ouvrante (avec une fermeture éclaire). La lunette arrière ouvrante est apparue en 1976 mais peut sans aucun problème être montée sur les MGB équipées des arceaux Michelotti. C’est celui que je choisirai quand je remplacerai la capote de ma voiture, même si ce n’est pas d’origine pour un modèle 1974, car c’est bien pratique.

N’importe lequel de ces trois modèles peut se monter sur une MGB de n’importe quelle année, ils sont parfaitement interchangeables. (Attention cependant, si il y a trois systèmes d’arceaux différents, il y a aussi trois formes de capotes différentes. Chaque modèle de capote ne peut se monter que sur l’arceau pour lequel il a été conçu). Le reste est une question de confort, et de respect de l’origine...

Voici un dessin qui résume bien les trois types de capotes différents et leurs arceaux respectifs.

Pour distinguer le deuxième type d’arceau du troisième au premier coup d’oeil, remarquez que le deuxième ne possède qu’un seul "pied" à l’avant alors que le troisième en a deux.

Naturellement, il y a d’autres différences, mais celle ci est simple à retenir et vous permettra de briller lors d’une réunion de votre club :-)

Voici le deuxième :

Et le troisième :

Notez enfin qu’il existe aussi une capote d’un dessin différent, proposée par le MGOC...

 Quelle capote choisir ?

Avant d’examiner les questions concernant la matière dans laquelle choisir sa refabrication et sa couleur, il faut bien faire attention au fournisseur. En effet, je connais au moins une demi-douzaine de fabricants, mais un seul fabrique ses capotes sur les gabarits d’origine. Il vaut donc mieux se renseigner AVANT les déconvenues, style capote in-montable (j’en ai vues des trop courtes de plusieurs centimètres). Celles vendues par le MGOC ne posent aucun problème.

Le matériau

Il existe trois principales sortes de matériaux différents : le vinyl, le double-duck et le mohair.

  • Le Vinyl

C’est le matériaux le moins "noble" mais le plus résistant aux salissures et le plus facile à nettoyer. Choisissez de préférence une capote en vinyl "OE" (Original Equipment), elle sera plus solide que les capotes en vinyl premier prix.

  • Le "double duck"

Il s’agit de deux couches de tissus collées de chaque côté d’une feuille de caoutchouc, ce qui la rend étanche. C’est plus épais, donc ça garde mieux la chaleur et c’est moins bruyant que la capote en vinyl, mais ça demande plus d’entretien.

  • Le mohair

C’est superbe, épais, doux et quasi-soyeux, très luxueux. Sans aucun doute la plus belle fabrication en matière de capote. C’est d’ailleurs ce qu’il y a sur les cabriolets Rolls Royce...

A mon humble avis, c’est même "trop beau" pour la MGB, ça ne correspond pas à son statut de petite voiture populaire (un peu comme les superbes tableaux de bord en ronce de noyer qui se vendent aussi pour elle).

Si ça vous tente, faites vous cependant plaisir. Attention, c’est bien plus fragile que le vinyl... Si vous roulez beaucoup et par tout temps, comme moi, préférez une capote en vinyl, moins exigeante. Mais si vous êtes de ceux qui sortent leur voiture deux fois par an pour participer à des concours d’élégance, alors la capote en alpaga "enluminera" votre belle.

La couleur

La couleur est une affaire de goût et de respect de l’origine. Je connais quelqu’un qui a remplacé la capote très usée et déchirée, mais d’une couleur qu’il aimait, par une capote neuve d’une couleur qu’il n’aime pas, au prétexte que la couleur qu’il aimait n’était pas disponible au catalogue MG cette année là...

A mon humble avis, c’est dommage :-)

 Comment la monter ?

Une MGB amie est de passage à la maison, pour renouveler sa capote.

La capote a en effet connu de meilleurs jours

Nous commençons par retirer l’ancienne capote, en désolidarisant le rail en aluminium (celui qui vient se placer au dessus du pare-brise) du reste des arceaux de capote. (6 vis, dont une est évidemment récalcitrante et ne finit par accepter de se déserrer qu’a grand coup de dégrippant)

Nous retirons ensuite les vis (à l’origine, c’était des rivets pop) qui maintiennent l’ancienne capote au rail, avant de nettoyer celui ci (un coup de brosse métallique montée sur la perceuse, suivi d’un bon dégraissage à l’acétone pour que la colle adhère bien).

On remonte ensuite le rail sur les arceaux de capote, et l’on met la nouvelle capote en place, en remettant le rail arrière qui permet de l’arrimer aux deux crochets, ainsi que les "lift the dot".

La capote est maintenant en place, il ne reste plus qu’à la placer définitivement. Nous procédons de la façon suivante.

  • Bien tendre la capote en la tirant le mieux possible vers l’avant.
  • Tracer des repères à la craie, pour marquer le milieu et l’endroit ou la capote viendra se replier sous le rail.
  • Détendre ensuite la capote en basculant les deux rails de tension en position "détendue"
  • Encoller le rail avec la colle néoprène
  • Bien placer la capote sur le rail en prenant soin de respecter les repères tracés

Dix minutes plus tard, la colle est prise, la capote est en place, il ne reste plus qu’à ouvrir la capote avant de refixer le profilé en aluminium sur le rail à l’aide de rivets pop (ou de vis, éventuellement) et à couper l’excédent de capote.

Important
Comme toujours, "mesure twice, cut one" (mesurez deux fois, et coupez une fois)
Comprenez bien que l’encollage sert surtout à placer la capote correctement, elle reste repositionnable quelques minutes avant que la néoprène ne fige.

Il existe encore plus simple, il suffit d’acheter la capote déjà montée sur son rail, mais d’une part, c’est plus cher, et d’autre part, l’ajustage n’est jamais aussi parfait que lorsque l’ensemble est directement "cousu sur la bête" :-)

Comme d’habitude, le plus long n’est pas le travail lui même, mettre la capote en place, mais tout ce qu’il y a avant et autour, démontage, vis récalcitrantes, nettoyage etc...


Commentaires

Logo de Sébastien Canevet
samedi 3 janvier 2015 à 13h36 - par  Sébastien Canevet

Bonjour Etienne,

Ravi que mon modeste tutoriel ait pu vous servir. J’ai utilisé une colle néoprène en enduisant les deux parties à coller, en attendant quelques minutes avant d’assembler.

Bonne journée

Logo de Etienne Gobert
samedi 3 janvier 2015 à 13h25 - par  Etienne Gobert

Voilà, j’ai commencé le travail !
Bien content d’avoir trouvé cet article sur internet car j’étais un peu dubitatif au départ !
La suite au prochain numéro avec des photos bien sûr !
Encore juste une petite question : quelle colle préconisez-vous ?
Merci

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)