Changer les amortisseurs avants

lundi 14 août 2006
par  Sébastien Canevet
popularité : 3%

Les amortisseurs Armstrong à levier sont simples et fiables, il suffit de faire l’appoint d’huile régulièrement. Mais au bout de quelques dizaines d’années de bons et loyaux services, ils finissent tout de même par s’user, ils fuient alors comme des passoires.

Voyons comment les changer.

Faisons tout d’abord connaissance avec la bête. Voici un amortisseur avant reconditionné mieux que neuf par Nosimport.

Les différents points de fixation sur lesquels nous allons intervenir sont les suivants :

L’axe maintenu par un écrou crénelé sécurisé par une goupille relie l’amortisseur à l’extrémité supérieur de l’ensemble de la roue indépendante.

Les quatre écrous qui solidarisent l’amortisseur lui même au train avant.

Commencer par sécuriser la voiture et démonter la roue avant.

Remonter ensuite légèrement le triangle de suspension, avec un cric bouteille, par exemple. Ne pas oublier également de sécuriser la fusée, qui risque de basculer en avant et d’abîmer la durite de freinage.

Puis retirer la goupille, qui sera remplacée par une neuve, avant de dévisser l’écrou crénelé.

Avec un peu de chance et de dégrippant, l’axe sort du brase de l’amortisseur. Ce coup ci, je n’ai pas de chance : l’axe refuse obstinément de sortir. je suis obligé de démonter un bras de l’amortisseur puis de forcer au pied de biche pour sortir les silent blocs, toujours fermement arrimés à l’axe...

Il aurait sans doute et plus rapide et moins fatiguant de sortir la lampe à souder et de cramer le caoutchouc, oui, mais voilà, l’étourdi que je suis a oublié de racheter des silent blocs neufs, il faut donc réutiliser ceux là provisoirement.

J’essaie ensuite de les sortir à l’étau, mais rien du tout, macache, nib de nib et que dalle :-)

Je vais donc les extraire chez un copain qui a une presse hydraulique. Ils sont "venus" à deux tonnes de poussée...

Contrairement à son petit frère, l’axe de la roue gauche sort comme qui rigole...

Comme toujours, je compare les deux pièces avant de procéder à l’échange (une bonne habitude à prendre, ça évite parfois des surprises désagréables :-)

Je nettoie bien l’ensemble avec du white spirit, y compris les pas de vis avant de réassembler tout ça.

La repose des quatre boulons de maintien de l’amortisseur sur le train avant. Un cardan peut être cependant utile.

Pour réussir à "passer" les silent blocs entre les deux bras de l’amortisseur, il est nécessaire de dévisser un peu la vis (à gauche avec le cliquet) et d’écarter les bras avec la lame d’un tournevis...

Il arrive parfois que l’on n’arrive pas à l’écarter suffisamment, notamment lorsqu’on est seul ou que l’on n’a que deux mains (cas le plus courant ;-). Il ne fait pas hésiter à démonter provisoirement le bras pour l’écarter un peu.

Terminer le remontage en enfilant l’axe et en le sécurisant avec une goupille neuve. L’utilisation d’un peu de graisse facilite les choses, d’autant plus qu’il ne faut pas abîmer le filetage. Utiliser un maillet plutôt qu’un marteau.

Le dit axe a un petit méplat qui permet d’empêcher sa rotation.

Voilà, c’est fait, il ne reste plus qu’à faire la même chose de l’autre côté, car ces petits animaux se changent par paire... ;-)


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)