Changement du joint spi de roue arrière

lundi 22 septembre 2008
par  Sébastien Canevet
popularité : 4%

La MG vient d’être refusée au contrôle technique. Motif : freinage arrière gauche insuffisant.

Il ne faut pas être grand clerc pour comprendre rapidement ce qui se passe : l’intérieur de la jante est gras d’huile. Le diagnostic est simple, le joint spi de joue plus son rôle et l’huile du pont fuit sur la garniture du frein arrière.

Le remède est simple : changer le fameux joint spi et nettoyer, ou mieux, changer les garnitures de frein arrière. C’est un travail niveau amateur moyen, donc pas pour le débutant complet :-)

 Préalables au démontage

Remarque
Ceci concerne la MGB munie du pont "Salisbury" (tube axle) et non celle munie du pont "banjo"

Première précaution : débloquer les écrous de roues, avant de soulever la voiture (sauf si vous possédez une clé à choc). C’est le genre de truc qu’on oublie souvent, et on est bien embêté quand la voiture est en l’air et que la roue est libre, donc les boulons indesserrables ;-)

Commençons pas soulever l’arrière de la voiture et l’assurer sur chandelles. c’est le moment d’inaugurer mes nouvelles chandelles FOG, de bien belle qualité, rien à voir avec les immondes cochonneries que j’avais avant.

Il est fortement conseillé de bloquer aussi les roues avants. A défaut de cales, deux bûches font l’affaire.

Déposez la roue. Voici ce que vous voyez : le tambour de frein. Il est facile de le démonter, seuls deux vis à tête cruciforme le retiennent.

 Démontage du système de freinage arrière

Nous avons ainsi accès au mécanisme de frein arrière. Comme prévu, l’ensemble est copieusement tartiné d’huile de pont, ce qui empêche un freinage correcte.

Identifions un peu tour ça, pour comprendre ce que nous allons faire.

Nous détaillerons les différentes composantes lors du démontage et du remontage.

C’est le moment de sortir les garnitures neuves...

....et de les comparer aux garnitures en place.

Ici, elles ne sont pas parfaitement identiques, mais ce n’est pas grave, leurs dimensions et les perforations utilisées sont correctes.

Nous continuons en retirant la goupille qui sécurise l’écrou crénelé de serrage du moyeu.

Ce qui nous permet de déserrer ledit écrou.

Et de retirer le moyeu.

Voyons un peu ce que nous allons démonter. Observez bien leurs places respectives et la façon dont ils sont montés, il s’agira de les remettre exactement dans la même position.

Une pince à bec suffit à les démonter.

Une fois les garnitures et les ressorts retirés, on voit bien le levier de frein à main, qu’il conviendra de retirer aussi, en le faisant passer le trou de la platine de frein, afin qu’il ne nous gène pas pour la suite.

Il faut aussi dévisser l’embout d’arrivée du liquide de frein à l’arrière du cylindre récepteur. N’oubliez pas d’utiliser la clé spéciale pour éviter d’endommager le raccord.

Les fixations des garnitures sont deux axes munis d’une goupille qui s’insère dans une rondelle fendue, un ressort fait pression pour empêcher que l’ensemble se détache. (désolé, la photo est floue).

Démontez enfin la platine en dévissant les quatre boulons, en bloquant les écrous qui sont derrières.

Nous voici enfin à la fin du démontage. La platine qui ferme l’extrémité du pont arrière maintient le joint spi, ici en noir autour de l’axe.

Cette platine (également nommée coquille) colle parfois légèrement à la partie plane du pont arrière. Il suffit de la décoller en la tapotant légèrement avec un marteau, ce qui suffit généralement à la décoller.

 Changement du joint spi

Joint spi : kesako ?
Un joint spi (du nom de la sociéta allemande qui fut la première à le commercialiser), ou "joint à lèvre", est un joint d’étanchéité radial, c’est à dire à dire placé autour de la pièce tournante. Il est muni d’une lèvre circulaire assurant l’étanchéité, souvent associé à un ressort spiral.

Voici donc la platine avec le joint spi fuyard, qu’il convient de remplacer par le joint neuf. Une rapide comparaison nous montre que les deux joints sont strictement identiques.

Il convient maintenant de retirer l’ancien joint pour le remplacer par le neuf. Pour le mettre en place sans l’endommager, il suffit de coincer l’ensemble entre deux planchettes de bois dur et de serrer à l’étau.

Les choses n’étant jamais simples, avant de remonter, il convient de prendre quelques précautions supplémentaires. En effet, les concepteurs et les constructeurs de la MGB ne l’ont jamais construite pour que, cinquante ans après sa naissance, elle roule encore.

C’est dire qu’il peut aussi y avoir une usure de l’arbre due au joint spi. Il faut savoir que la longévité des joints spi est telle qu’il n’est pas rare de voir la portée métallique de l’arbre usée par abrasion à l’emplacement de la bague. Evidemment, dans ce cas le seul remplacement du joint spi ne corrige évidemment pas le problème.

Pour vérifier si il y a effectivement eu une usure de l’arbre, passez l’ongle de votre pouce sur celui ci à l’emplacement du joint spi, le toucher est souvent plus efficace que la vue pour déceler un éventuel défaut.

Si tel est le cas, le plus simple est de déplacer le joint spi de quelques millimètres pour que sa lèvre d’étanchéité soit en contact avec la partie
non usée de l’arbre. Dans les cas graves, il faut en passer par une remétallisation et une rectification. Naturellement, ceci est hors de portée de l’amateur moyen, il faut alors confier l’arbre à un professionnel.

 Remontage

Il suffit enfin de tout remonter, dans l’ordre inverse du démontage.

Mais comme la chose est un tout petit peu complexe, je vais vous guider dans ce remontage :-)

Après un nettoyage complet et un dégraissage des pièces démontées, nous commençons à remonter la platine, en prenant soin de changer les quatre écrous nylstop à l’arrière. Si le pas de vis des boulons est en bon état, eux peuvent être réutilisés.

Plaçons ensuite la première garniture, en veillant à la placer dans le bon sens, en remettant en place l’axe de maintien, son ressort et sa clavette.

L’étape suivante consiste à remettre en place le mécanisme de frein à main.

Puis la seconde garniture de freinage...

La façon correcte de remonter les trois ressorts. Ca n’est pas très facile sans la pince spéciale, mais avec une pince plate, on y arrive en forçant un peu.

Il ne reste plus qu’à remonter la bague conique et à remettre en place l’écrou crénelé, avant de le sécuriser avec une goupille neuve (ne jamais réutiliser une goupille d’occasion, et encore moins un morceau de fil de fer ou... rien du tout : il y va de votre sécurité)

Ecrou de bout d’arbre
Taille de l’écrou 1" 5/6. Vous pouvez éventuellement utiliser une douille de 33, ça a moins d’importance que pour les écrous de plus petits diamètres.
Couple de serrage : 200 newtons, soit environ 20 kilos

Voici la goupille mise en place, grâce à quelques coups soigneusement appliqués avec un marteau à ferrer les lapins (un petit marteau, quoi ;-) ). Idéalement, j’aurais dû passer les extrémités de la goupille dans les crénaux, mais j’ai oublié de faire une photo...

Dégraissez soigneusement le tambour au trichlo (si vous en trouvez) ou avec un produit spécial pour nettoyer les freins, en vente dans les magasins spécialisés.

Terminez en remontant la roue et en purgeant le circuit hydraulique. Il ne vous reste plus qu’à faire la même chose de l’autre côté :-)


Commentaires

Logo de vincent
dimanche 30 décembre 2012 à 19h43 - par  vincent

Bonjour Sébastien,

J’ai finalement réussi à sortir le moyeu. J’ai emprunté un arrache moyeu à un ami.. Une photo de cet outil se trouve à l’adresse https://www.dropbox.com/s/ck02svqxdlx4apr/SAM_1384.jpg.

Je l’ai employé alors que la rondelle conique était toujours en place. Le moyeu est sorti assez facilement au bout de quelques seconde en faisant "POP" alors que l’arrache moyeu premier-prix de chez norauto n’y avait rien fait.

Je pense que ce genre de problème est assez courant et la solution toujours la même : à l’arrache moyeu, mais avec un bon....

Avec un peu d’avance, meilleurs voeux pour 2013.

Vincent

Logo de Sébastien Canevet
samedi 29 décembre 2012 à 17h51 - par  Sébastien Canevet

Bonjour Vincent,

Il arrive qu’il coince un peu, mais il ne s’agit que d’adhérences, rien
de mécanique : la graisse et la rouille se mélangent et forment une
sorte de colle.

Le plus simple est de remonter la roue sur les goujons, vous aurez ainsi
une prise bien meilleure, et ça devrait "sortir" sans problème.

Ravi de voir que les articles du modeste amateur que je suis vous soient
utiles.

Si vous pensez pouvoir améliorer mon texte sur ce point précis, je serai
ravi d’ajouter vos propres commentaires à mon article

Bonnes fêtes de fin d’année à vous

Logo de Vincent S.
samedi 29 décembre 2012 à 17h32 - par  Vincent S.

Bonjour,

j’ai également un joint spi qui fuit sur le pont de ma MGB de 1976. J’ai retiré l’écrou crénelé, j’en suis donc à vouloir retirer le moyeu, et c’est là que ca coince : il ne veut pas sortir.

Est-ce qu’il doit sortir facilement ? Est-ce que je dois sortir la rondelle conique avant d’enlever le moyeu (elle ne veut pas sortir non plus) ? Est-ce qu’il y a un truc ?

Merci pour votre réponse et bravo pour vos articles...

Bien à vous

Vincent.

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)