La fabrication du tweed sur Harris et Lewis (1)

1 - Le cardage, la teinture et le filage
mardi 11 août 2009
par  Sébastien Canevet
popularité : 2%

Amateur fervent de tweed, et en particulier de Harris Tweed, je ne pouvais faire autrement que de visiter une filature de tweed lors de notre séjour sur l’île.

On l’oublie trop souvent, mais tout commence avec les moutons.

Et des moutons, il y en a beaucoup sur Harris et Lewis. Ils paissent tranquillement en liberté ou ruminent au bord de la route (et parfois même au milieu, il vaut donc mieux être prudent lorsque l’on conduit sur l’île).

Ils sont tondus l’été pour recueillir leur laine épaisse et soyeuse.

Avant, tout se faisait à la main, de la tonte au filage et au tissage. Aujourd’hui, les choses ont changé, et même si le tissage se fait toujours à la main chez les tisserands eux mêmes, beaucoup d’autres tâches ont été automatisées.

 La production traditionnelle du tweed

Préparation de la laine avant le cardage

Le filage se faisait entièrement à la main...

... comme le tissage...

... et le nettoyage du tissu au fil de l’eau

Tout ceci se faisait évidemment à domicile, dans des black houses ("maisons noires") en pierres sèches couvertes de joncs, comme celle ci, une des rares survivantes visitée sur la côte ouest de l’île... (en savoir plus sur les blacks houses

Aujourd’hui, les rouets sont rangés au placard ou décorent les vitrines : la production est semi-industrialisée...

 La production rationalisée aujourd’hui

Nous avons visité une filature, nommée HTT (pour "Harris Tweed Textiles") Manufacturing Limited, qui est située à Carloway, sur la côte ouest de l’ïle de Lewis. Nous avions pris rendez-vous par téléphone et avons été reçu par le chef d’atelier, qui nous a fait visiter.

La filature est située dans un grand hangar industriel, sous lequel il règne une chaleur étouffante, qui contraste singulièrement avec la froideux extérieure en ce jour d’août très pluvieux.

Partout, des tweed attendent d’être roulés puis expédiés.

Un métier à tisser est là, pour les démonstrations uniquement, c’est la seule tâche qui n’est pas effectuée dans l’établissement, puisqu’elle est sous-traitée aux tisserands qui travaillent à domicile.

Le nettoyage et le cardage

Ils reçoivent tout d’abord la laine de la part des éleveurs, elle est alors "brute de tonte". Elle est tout d’abord lavée dans de grandes étuves comme celle ci.

Puis elle est cardée dans de gigantesques cardeuses mécaniques, comme celle du fond.

Après ce premier nettoyage, on procède ensuite à la teinture. C’est l’une des deux étapes qui participent à la couleur du tweed, l’autre étant le montage des fils sur le métier.

Il faut savoir qu’un Harris Tweed est composé de 100 à 150 couleurs différentes en moyenne, uniquement avec des pigments naturels, contre une vingtaine de nuances seulement pour les tweeds industriels.

Le filage

Le filage du coton pour faire un harris tweed se fait en deux temps.

Le premier temps est celui du filage du fil à plat dans de gigantesques fileuses, comme celle ci dessous. A ce stade, le fil est filé "lâche", c’est à dire qu’il est soyeux mais reste fragile.

Il est ensuite torsadé puis bobiné, à ce stade le fil est très résistant.

Ensuite, le fil est préparé en trames, qui seront livrées telles quelles aux tisserands à domicile, avec les bobines.

Le tissage proprement dit fait l’objet d’un second article


Commentaires