Retirer un goujon cassé

vendredi 28 juillet 2006
par  Sébastien Canevet
popularité : 4%

Quand tout va bien dans le meilleur des mondes, les gens sont honnêtes et polis, il y a des glaçons dans le réfrigerateur quand on a envie de boire frais, et les goujons se retirent sans problème.

Oui, mais parfois, tout ne se passe pas aussi bien dans la vie :-)

J’avais décidé de changer les goujons de la cloche de calorstat de la MGB. L’été dernier, j’avais eu beaucoup de mal à la démonter pour changer le joint, et j’avais constaté qu’un des goujons ne se démontait pas, et pire qu’il commençait à "faiblir".

Après purge partielle du liquide de refroidissement, je dévisse les trois écrous sans trop de mal et je retire la cloche de calorstat, un peu moins difficilement que l’été dernier

Je retire les deux premiers goujons sans trop de mal grâce à la remarquable dégoujonneuse Facom à rouleaux : une véritable arme de dégoujonnage massif :-)

Mais naturellement, le dernier fait des siennes : il pète à ras du bloc dès que je tente de le déserrer

Profitons en pour examiner comment retirer ce qui reste d’un goujon cassé.

Si le goujon dépasse encore, il est toujours possible de le dévisser en le prenant avec une pince étau.

Si en revanche, comme ici, il est cassé à raz, il va falloir recourir à une "queue de cochon", surnom populaire de ce qui se nomme techniquement un extracteur de goujon.

Voici mon boîtier d’extracteurs coniques, accompagnés de leurs mèches elles aussi coniques.

Je commence par mettre un petit coup de pointeau sur le sommet du goujon, histoire de le percer bien au centre, puis j’utilise ma bonne vieille perceuse Makita, bien pratique avec son variateur.

Et hop, un joli perçage bien au milieu du fut du goujon...

On passe maintenant à la tentative d’extraction avec la queue de cochon.

Hélas, ça ne sort pas, j’insiste un peu mais il est hors de question de casser l’extracteur. C’est l’erreur à éviter absolument. En effet, si le goujon est tourné dans un acier assez tendre, qu’il n’est pas difficile de percer, il en va tout différemment de l’extracteur, qui est confectionné dans un acier extrêmement dur...

Après un appel au service technique Facom, afin de connaître le couple maximum utilisable pour cet extracteur, je retente de dévisser le goujon à la clé dynamométrique, mais celle ci se déclenche avant que le goujon ne cède.

Je retaraude au format supérieur, car le couple utilisable avec la queue de cochon d’un diamètre supérieur est évidemment plus important, mais ça ne sort pas non plus...

Changeons donc de tactique : éliminer ce qui reste du goujon à la perceuse et refaire le pas de vis intérieur à l’aide d’un taraud.

Il faut commencer par percer le plus droit possible pour amincir au maximum ce qui reste du goujon, en augmentant peu à peu le diamètre des mèches...

Je sors donc mon jeu de mèches HSS, la boîte n’est là que pour les ranger, elles ont peu à peu toutes été changées pour des mèches de meilleure qualité que ce que cette boîte contenait à l’origine.

Lorsque j’ai suffisamment taraudé, je vire ce qui reste comme je peux, avec la pointe d’un vieux tournevis, avant de redresser les filets avec un taraud.

Attention, le goujon de format 5/16 possède deux filetages différents, un UNC côté bloc et un UNF côté cloche de thermostat.

Je remonte à la perfect seal en changeant le joint, celui d’origine en liège est remplacé par un joint moderne en klingerit.

Il arrive que l’on n’arrive pas à sauver les filets, comme ici. Dans ce cas, il reste encore deux solutions, soit retarauder à un format supérieur et utiliser un goujon plus gros, soit poser un filet rapporté.

Je vous expliquerai ça un jour, lorsque le cas se posera... le plus tard possible, j’espère :-)


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)