Vidanger le moteur de la MGB

vendredi 21 juillet 2006
par  Sébastien Canevet
popularité : 4%

Comme le disait fort justement un certain Frederick Henri Royce, qui construisit jadis des voitures de qualité : "toute tâche, aussi humble soit-elle, est noble si elle accomplie avec soin".

(Ce tuto est en cours de rédaction mais peut déjà être utile en l’état)

Ainsi en va-t-il de la vidange de son auto, souvent la première opération à laquelle se livre le nouveau venu dans le milieu de la voiture ancienne, tout fier de sa nouvelle acquisition.

Voyons donc comme réaliser cette tâche "noblement" ! (Notez que la voiture illustrée n’est pas toujours la même, selon les photos).

 Outils et matériel nécessaire

Cric et chandelles

Il vaut toujours mieux utiliser des outils de la meilleure qualité possible, surtout les outils de sécurité, comme ici les outils de levage. Ceci dit, il n’est pas toujours possible de s’offrir un cric OMCN ou FACOM À 800 OU 1000 euros.

Mon cric est un truc chinois noname, à 30 ou 50 euros, ce qui est moins grave que de faire des concessions sur la qualité des chandelles. Si le cric ne sert qu’au levage (si la voiture tombe, vous n’êtes pas dessous) vous confiez votre vie aux chandelles.

(Je suis un peu parano sur ce coup, j’ai perdu jadis un ami, écrasé sous son Austin-Healey).

Evitez absolument les chandelles à crémaillères, fabriquées en chochonnium chromé on ne sait où. Les miennes sont des FOG, elles sont de très bonne qualité.

Autres outils

  • Une clé à filtre

La mienne a longtemps été une saloperie sans nom, une clé à sangle, qui échouait à la tâche une fois sur deux (voir ci dessous), j’ai fini par m’acheter quelque chose de plus sérieux. Pourquoi ne l’ai-je pas fait avant ? :-) Il s’agit d’une clé à griffes :

  • Une douille ou une clé plate de 3/4.

  • Un bac de récupération pour l’huile usagée

N’importe quel vieux bidon coupé en deux suffit, j’ai utilisé ça longtemps, mais un copain, ayant pitié de moi, a fini par m’offrir ce superbe bac de récupération.

  • Des chiffons ou du papier absorbant (et du gravier à chat pour les maladroits :-).

(à suivre...)

Consommables

  • Un filtre à huile
  • Un joint neuf (12/18 ou éventuellement 14/20).
  • Huile (de la 20/50)

 Lever sa voiture

Il est certes possible de se glisser sous la voiture, ou alors de mettre deux roues sur le trottoir. Préférant travailler à l’aise, j’aime autant lever le nez de la MG pour travailler plus à l’aise.

Commencez par caler les roues arrières, une simple bûche suffit.

Puis levez le nez de la voiture. Il convient de bien positionner le cric roulant.

Remarquez que le cric est positionné de façon centrale, à l’arrière de la poutre du train avant. Il n’est pas inutile de protéger le train avec une planchette de bois dur, ce que je n’ai pas fait ici.

Un bon conseil au sujet du cric rouleur
Si le cric est muni de roues, ce n’est pas seulement pour le déplacer plus facilement, le cric se déplace en effet longitudinalement lorsque vous levez la voiture, il convient donc de le poser sur un plan dur le plus plan possible. Si ce n’est pas le cas, une planche de bois dur sous les roulettes vous facilitera beaucoup la tâche.

Remarquez aussi où j’ai positionner la tête des chandelles : sous l’axe du triangle de suspension. C’est un emplacement solide, qui en plus ne devrait pas vous gêner pour travailler sous la voiture.

Les chandelles doivent être utilisée correctement, c’est à dire positionnées sur un terrain stable, pas sur de la terre. Au pire, si vous n’avez pas d’espace solide, posez vos chandelles sur deux larges planches solides de bois dur.

Descendez maintenant lentement la voiture en ouvrant lentement la vanne de descente de votre cric, pour les axes reposent solidement sur les chandelles. Vous êtes prêt !

Ne travaillez jamais sous la voiture lorsqu’elle est juste levée avec le cric. C’est dangereux

 Vidange

Commençons maintenant à vidanger la voiture.

Allongez vous sur la droite de votre MG, car le bouchon de vidange est situé sur la gauche du carter inférieur du moteur.

Placez un réceptacle de taille idoine pour récupérer l’huile à l’aplomb du bouchon de purge, un peu en arrière de celui ci, car la pression fera que l’huile "pissera" un peu en arrière dudit bouchon.

Mon réceptacle est de haute technologie : un vieux bidon de liquide refroidissement coupé en deux.

Armez-vous de votre clé à douille ou de votre clé plate de 3/4 et débloquez le bouchon de purge. Il se dévisse ensuite facilement à la main. Si vous devez forcez un peu, vous pouvez aller plus vite avec une clé à cliquet.

Il arrive parfois qu’il soit fortement serré, utilisez alors une allonge.

Lorsque vous avez complètement dévissé le bouchon, tenez le bien pour éviter qu’il ne tombe dans l’huile (ça m’arrive une fois sur deux ;-)

Laissez l’huile couler tranquillement, le plus longtemps possible, en jetant un œil de temps en temps, pour voir si tout se passe bien.

Vidanger à chaud ou à froid ?
Deux "écoles" s’opposent, ceux qui font tourner le moteur afin que l’huile chauffe avant vidange et ceux qui au contraire laissent le moteur refroidir plusieurs heures avant de vidanger.
Ceux qui vidangent à chaud affirment que l’huile coule plus rapidement (c’est vrai) et les particules à éliminer se retrouvant dispersées s’évacuent plus facilement.
Ceux qui au contraire vidangent à froid prétendent que les particules à évacuer se rassemblent au point le plus bas du moteur et s’évacuent ainsi plus facilement.
Et moi, me demanderez-vous ? Mon avis n’est pas définitif sur ce point, et je vidange alternativement à froid et à chaud :-)

Passons maintenant du côté moteur. Commencez par ouvrir le bouchon de remplissage situé sur le haut du cache-culbuteur. Il faut ensuite dévisser le filtre à huile, en s’aidant de la clé à filtre.

Il arrive que tout se passe bien (surtout avec une bonne clé à filtre, c’est à dire autre chose que celle que j’utilisais avant :-)

Il arrive aussi que le filtre demeure rétif à toute tentative de dévissage (c’est souvent du à la mauvaise qualité de la clé, parfois à la maladresse du bricoleur).

Il convient alors de se montrer persuasif en passant à la technique dite "du sagouin". Il n’y a pas lieu d’être fier de ça, mais quand "ça ne veut pas venir", il faut tout de même en venir à bout, de ce µ*§£$#& de filtre :-)

Plantez un vieux tournevis dans le corps du filtre, à l’aide de quelques coups de marteau bien sentis. Plantez le de biais, afin de ne pas abîmer le tuyau central, illustré ci dessous.

Essayez de faire tourner le filtre. Parfois, ça marche, parfois, la parois du filtre, en alu léger, se déchire un peu, beaucoup, passionnément, à la folie...

De toute façon, il est trop tard pour reculer, allez y à la pince, vous finirez par y arriver, même petit morceau par petit morceau.

(filtre à huile massacré par un sagouin (moi ;-) )

Vous en avez bavé à démonter ce filtre ? Parfait ! Vous vous souviendrez mieux tout à l’heure de mes bons conseils concernant le vissage du nouveau filtre (surtout, ne pas le bloquer fermement).

(A suivre...)


Commentaires