Traiter les cuirs de la Daimler

mercredi 13 décembre 2006
par  Sébastien Canevet
popularité : 2%

Les cuirs de la Daimler sont globalement en bon état mais ils sont secs. Je suppose qu’ils n’ont pas été nourris depuis plusieurs années. Si ça continuait comme ça, dans quatre ou cinq ans, ils commenceraient à se déchirer.

Il est temps d’agir !

 Le produit

J’utilise depuis des années les produits de la marque Woolies, à ma plus grande satisfaction. Il s’agit de produits à base d’eau, donc qui respectent le cuir, ils ne lui donnent pas cette apparence artificielle de cuir peint, contrairement à d’autres produits.

 Nettoyage préalable du cuir

Il convient de commencer par nettoyer le cuir avec le "leather cleaner". Non seulement ce produit sert de nettoyant, mais il commence aussi à nourrir le cuir. Il est donc utile de masser le cuir pour faire pénétrer le produit, ce qui aide à en regonfler les fibres.

Ce produit mousse légèrement, c’est normal et il est inutile de le rincer.

Il ne faut pas hésiter à s’aider d’une petite brosse, comme une brosse à dent, pour les coins difficiles.

J’utilise aussi une vieille éponge qui ne gratte presque plus, elle n’abîme donc pas la fleur du cuir tout en permettant d’éliminer plus efficacement le "brillant" du cuir, qui risque d’empêcher la teinture de bien pénétrer dans les pores du cuir.

Une fois sec, il convient de recommencer une seconde fois le traitement.

A ce stade, même si ce n’est pas le cas ici, il arrive qu’une bonne partie de la couleur s’en aille. On a alors l’impression de faire une bêtise. Heureusement, il n’en est rien.

 La recoloration

Passons maintenant à la seconde phase : celle de la recoloration. Woolie peut faire n’importe quelle couleur sans supplément de prix, simplement en leur envoyant un échantillon. De plus, ils stockent les couleurs les plus courantes, ce qui accélère évidemment la livraison.

Protégez vos mains et vos vêtements, car le produit est amplement chargé en produits colorants. Je préfère déposer un peu de produit dans un petit récipient plat (ici un couvercle de boîte à thé), c’est plus pratique que d’humecter le chiffon directement avec le flacon.

Ici aussi, massez généreusement le cuir, ça aide à faire pénétrer le "leather renovator".

Une fois sec, recommencez l’opération en appliquant le produit une seconde fois.

Il est paraît-il possible de passer cette seconde couche au pistolet, mais je me contente d’une application manuelle, qui donne aussi un bon résultat.

La photo n’est pas parlante, il est difficile de rendre photographiquement la différence de texture avant et après traitement, mais quand on a les sièges devant les yeux, c’est frappant.

 La fixation du pigment

A ce stade, le cuir est nourri et recoloré mais il n’est pas protégé, la couleur risque de dégorger et de tâcher les vêtements. Il convient donc de le protéger et de fixer la couler avec la "sealing past".

Contrairement aux deux produits précédents, ce troisième produit doit être appliqué sans insister et sans masser le cuir. Le risque principal à ce stade est de retirer la couleur. Il convient donc d’avoir la main la plus légère possible.

Ne vous inquiétez pas si il reste de la crème dans les creux, elle finira par sécher et disparaître. Il est également possible de retirer l’excédent.

Lorsque c’est bien sec, un bon coup avec un chiffon de laine pour faire doucement briller le cuir, et hop...

Le traitement woolie respecte la nature du cuir, qui continue de "respirer". C’est pourquoi il est peut continuer d’être "nourri", par exemple deux fois par an, avec un produit comme le "Hide care" (ex Hide Food) de Connoly ou encore celui de Gliptone.


Commentaires

Brèves

22 juin 2013 - Fermeture provisoire des forums

Les forums ayant connu une recrudescence de spam publicitaires (Grrrr), je les ai (...)